Découvrir Châteauvieux dans le Loir-et-Cher

La parole est à Monsieur le Maire de CHÂTEAUVIEUX







L’édito du mois

Février trop doux, printemps en courroux.
Pluie de février, de l'eau dans un panier.
Février avec neige nous garantit un bel été,
Si février n'a ni pluie ni giboulées, seront ennuyeux tous les mois de l'année.
 
  • Les intempéries, qui ont fait souffrir nombre de nos concitoyens en France, nous ont épargnés. Alertes de toutes sortes ont été diffusées par la Préfecture. Elles contribuent à nous tenir sur nos gardes. Pluie, froid, neige ont été le lot des ces dernières semaines sans pour autant mettre en danger notre sécurité collective.
  • Châteauvieux a participé aux animations organisées par le Téléthon 2017, avec un spectacle dans les caves du château, la belote du Comité des fêtes et la dictée déjantée, les bénéfices de ces animations ont été intégralement versés au Téléthon.
  • Je remercie toutes celles et ceux qui se sont déplacés pour la cérémonie des vœux, lors de laquelle nous avons fait le plein de la salle Lucie Aubrac. Nos amis élus voisins se sont joints à nous et nous avons pu évoquer la réelle solidarité entre les quatre communes : Saint-Aignan, Mareuil, Seigy et Châteauvieux.
  • Vous avez pu lire dans la presse le compte rendu de la réunion présidée par le Préfet, qui a permis de signer un protocole fixant les contours du futur centre de secours de Saint-Aignan. Cette prise de position officielle va dans le bon sens, celui que nous défendons depuis 3 ans. à ce titre, je salue l’engagement de notre employé municipal, Michel Buchet, et j’encourage nos concitoyens à s’engager bénévolement quand ils le peuvent dans ce noble service.
Gros souci : une fois encore, notre école est menacée avec celles rattachées au Sivos (Seigy et Couffy), menacées de fermeture de classes, ce qui, bien évidemment, est inadmissible pour nous. Pourquoi ? Parce que l’Éducation Nationale fait fi de l’importance d’une école ouverte dans un village, que les classes soient à saturation ou en sous effectif. Ce qui compte pour l’Institution, ce sont les économies à réaliser coûte que coûte avec des comptages arbitraires, qui ne tiennent aucun compte de nos populations en perpétuelle évolution. Si nous restions les bras croisés, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de maternelle à Châteauvieux. Et pourtant, de nouvelles jeunes familles demandent à s’installer dans la commune et chez nos voisins, motivées par le développement économique de notre canton avec le moteur qu’est le Zoo de Beauval. C’est pourquoi, élus, enseignants, parents d’élèves, associations, nous nous battrons pour garder nos classes d’enfants, poumon de nos villages. Nos réactions contre ces mesures s’enchaîneront avec le concours de tous ceux qui croient au développement de notre pays par son École.

Le Maire
Christian Saux